Notes de voyage (page 7)

Expédition en Libye pour l'éclipse solaire totale.
 

24 mars,  22h22 (et 22 secondes, si si).
Au milieu de nulle part.
27° 06’ 38’’ N – 16° 00’ 42’’ E  Télécharger le fichier KMZ

Nous voilà donc au milieu de nulle part, juste au pied du plateau de Dal Al Gani.

Ce matin, James a enfin réussi à chasser la poussière sur son capteur. Nous l'avons tous deux vue tomber, c'est dire si elle était grosse. Départ vers 9h45, suivi aussitôt d'un arrêt pour prendre du pain à la seule boutique d’Al Fogaha. En exagérant un peu, on a peut-être dû leur prendre une bonne partie du pain de la journée. Puis suit le rituel du dégonflage des pneus, puisque nous quittons le bitume pour une semaine. Le dégonflage permet aux pneus d'offrir une section de contact plus grande avec le sable, et évite donc de pénibles plantages.

Et ça commence fort, du fesh-fesh me permet de constater la maîtrise qu’a Christian de son véhicule. C’est simple, j’ai l’impression que rien ne peut arrêter ce Toyota, qui se joue des difficultés avec aisance sous l'impulsion de son pilote. Moi qui ne suis jamais rassuré en voiture, je n’ai même pas peur. Une fois cette farine de sable franchie, nous voilà sur le plateau et nous commençons alors la recherche de météorites. 

Devant, derrière, à droite, à gauche, rien d’autre qu’une étendue désertique faite de petits cailloux. 

Sur le plateau

Les véhicules sont laissés à eux-mêmes, en prise, et roulent donc seuls à nos côtés pendant que nous marchons, soleil dans le dos, espérant trouver ZE météorite. Mais bon, il y a tant de petites roches noires qui y ressemblent que ça devient vite une belle galère… J’ai mal aux pieds, j’ai de belles ampoules. Attrapées vraisemblablement à Leptis où nous avions, James et moi, marché pas mal… Pourtant, mes chaussures sont plus que rôdées... Tant pis. Faudra faire avec...

Le repas du midi fut pris sous l'ombre d'une bâche tendue entre les deux Toyota. Une hirondelle peu farouche surveilla son futur repas en faisant quelques passages rapprochés. Ah, j’oubliais : Dans la matinée, Serge téléphonait bien sûr et conduisait avec les pieds, à moitié en dehors de sa voiture… 

Conduite acrobatique

Après midi de route, enfin de hors-piste, sur le plateau. Les distances sont difficiles à juger, le moindre élément en relief se voit de loin, comme amplifié par les mirages omniprésents. Par moments, on devait traverser des sortes de lits d'oueds qui entaillaient le plateau. Assez impressionnant à voir, ça parait très haut. Mais en fait c'est un franchissement facile pour les véhicules.

Arrivée au bivouac vers 16h30, dans un lit d'oued où pousse une maigre végétation. Apéro (menthe plus eau glacée, puisque Serge a un frigo dans son véhicule) puis je fais une petite balade pour voir si je ne trouverais pas quelque chose aux alentours. Trouvé donc une lame en silex taillé, et deux fragments de meule. Mais toujours point de météorite, snif ! 

Là j’écris enfin assis, devant un ciel assez fabuleux. James a sorti ses jumelles stabilisées, on voit très bien M42 dedans, et sans trembler. Belle lumière zodiacale, que j’ai tenté de photographier…

 
Ceci n'est pas de la pollution lumineuse !

Pendant que je photographiais le ciel, Serge a mis au feu son ultime cartouche de cigarettes, il a décidé d'arrêter de fumer demain. Là il reçoit encore des messages sur le Thuraya. Il va rester dans les mémoires, ce téléphone satellite ! 

Le téléphone fonctionne !

Bon, je gèle, il est temps d'aller se glisser dans le duvet !